fermer
Imprimer

Histoire

Barcy est localisé le long de la voie romaine allant de Paris à Reims. Berceium provient probablement d’une racine gauloise qui signifie « bercail ». Une tradition locale voudrait que Clovis ait donné ce village à Sainte Geneviève expliquant ainsi la permanence dans ce village d'un culte voué à cette sainte.

La première mention attestée du village date de 1005, quand l’évêque de MEAUX le cède aux chanoines du chapitre de la ville. Ils exercent la haute et la basse justice avec fourches patibulaires. Le village devint ainsi l'une des « Filles du Chapitre ». Dès 1234, les chanoines de Meaux pratiquaient à Barcy le bail à ferme. Le Fief de Saint-Gobert est détenu par Simon de Saint-Gobert, puis au XIVème siècle par un évêque de Soissons, avant que l’hospice des Incurables de Paris ne s’en porte acquéreur. Le fief de Pringy dépendait du prieuré royal de Sainte-Céline de Meaux. Rattaché au domaine royal, il est vendu au district de Meaux en 1791, puis racheté par le comte de Volney.

Barcy est marquée par les guerres de religions, le village subit notamment une occupation par les troupes d'Henri IV en janvier 1591. Le premier instituteur y est signalé en 1667, mais une véritable école n'y est construite qu'en 1834. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, une activité viticole est encore vivace dans le village, notamment sur les flancs de la butte d'Automne. Le 4 octobre 1863 entre 20h00 et 21h00, le Géant, ballon dirigeable de Nadar, parti du Champs de Mars à Paris à 17h00, en présence de l'Empereur Napoléon III, atterri dans un champ de la commune.C’est dans les champs de Barcy que les premiers tracteurs agricoles furent employés dès la Grande Guerre.

Barcy reste célèbre par les combats qui s’y déroulèrent lors de la première bataille de la Marne du 5 au 10 septembre 1914. La commune se trouve sur la ligne de front de la bataille et fut détruit partiellement.Le village servit de base de départ aux lignes françaises lors de la contre-attaque du 7 septembre 1914.

Le village faisait partie du canton de Lizy-sur-Ourcq jusqu'en 1929, c'est à cette date qu'elle est rattachée à celui de Meaux.

De la marne et du gypse ont été extraits du sol de la commune mais l’essentiel de l’activité reste agricole. Le culte de Sainte Geneviève resta vivace jusqu’aux années 1950. Les eaux de sa fontaine guérissaient de la typhoïde et facilitaient les relevailles des jeunes mères.

BARCY fut longtemps dénommée BARCY les MEAUX.